• lamamarazzi autourdumonde

Bryce canyon, un fichu endroit pour perdre une vache

Mis à jour : 13 nov. 2018

Dans notre périple ouest américain, après les verdoyantes rocky mountains, l'irréel Canyonlands National Park (island in the sky et the needles), l'oasis de Capitol Reef, c'est dans le sublime Bryce Canyon que nous avons décidé de planter notre tente, histoire de crapahuter dans ces paysages haut en couleur. Nous étions déjà passés ici lorsque notre fille était petite et nous avions très envie de faire découvrir cet incroyable labyrinthe à nos garçons.

Bryce Canyon n'est en fait pas réellement un canyon, mais un ensemble d'amphithéâtres où l'érosion s'est amusée à sculpter d'étranges concrétions rocheuses, les hoodoos, qui offrent toutes les nuances de couleur allant du blanc pur aux ocres les plus soutenus. Il faut s'y perdre à différentes heures de la journée pour profiter du spectacle magnifié par les différentes lumières. Il y a des chemins pour tous les marcheurs, de quelques centaines de mètres à plusieurs kilomètres. Un régal à déguster sans modération. Il parait qu' Ebenezer Bryce découvrant le lieu a déclaré que c'était un fichu endroit pour y perdre une vache et on ne peut pas lui donner tort !


Dans le parc, nous plantons notre tente dans un des campings primitifs. Le cadre est époustouflant et c'est vraiment un privilège de pouvoir dormir dans un tel lieu. La contrepartie est qu'il n'y a pas d'infrastructure et que nous devons nous doucher sommairement avec des bouteilles d'eau. Mais avec un gallon par personne, on peut faire une toilette très correcte !

Mais bien vite, nous n'en pouvons plus de rester sur le rim et nous n'avons qu'une envie, nous attaquer à la bête de l'intérieur, descendre au pied des hoodoos. Pour les enfants, c'est un terrain de jeu incroyable. Nous nous lançons donc sur le Navajo Trail, une boucle de 2,2km avec une élévation modérée. Parfait pour se mettre en jambe, mais quand même très peuplé dans les endroits les plus spectaculaires.

Le sentier serpente étroitement entre des hoodoos immenses.

Quand le sentier devient plus ardu, la foule devient moins dense et le charme de la ballade s'exprime de nouveau complètement. Le soleil joue avec les hoodoos et invente des couleurs incroyables.


Qu'en pensez-vous, c'est chouette quand même ?

Puis, après la balade, à l'heure tranquille où les touristes quittent le parc, la faune extrêmement riche reprend ses droits.

Nous passons une assez bonne nuit dans notre petit camping sommaire, assez fraiche pour un mois d'août. Nous levons le camp très tôt pour entamer notre rando de la journée. Pari gagné, l'heure matinale et la longueur du Fairyland Trail, presque 13km, nous permettent d'échapper aux hordes de touristes.

C'est vraiment un moment de pur plaisir que de marcher ici, au cœur des hoodoos, baignés par la douce lumière du matin. C'est une sensation de plénitude. Les enfants papotent gaiement et profitent de ses paysages si ludiques.


Plus nous marchons, plus ses merveilles nous rappellent des souvenirs. A chaque lacet du sentier nous avons une impression de déjà vu, aucunement désagréable. Et pour cause, en fait 16 ans plus tôt, lors de notre première visite de Bryce Canyon, c'est déjà sur le Fairy land trail que nous avions randonné. Nous avions oublié le nom mais pas les beautés de ce chemin.

Après cette superbe balade, nous mettons cap à l'ouest. Nous quittons l'Utah mormon, ses paysages sauvages, ses familles nombreuses, pour entrer dans le Nevada, ses déserts, ses casinos, ses néons… Le contraste est brutal, mais après plusieurs jours en camping primitif, nous ne sommes pas mécontents de nous installer dans un hôtel confortable de Mesquito et qu'il soit situé dans un casino ne nous empêche pas d'apprécier le moelleux des matelas et le plaisir d'une bonne douche.




© 2023 par SUR LA ROUTE. Créé avec Wix.com

  • b-facebook
  • Instagram Black Round

#voyages #photos #lamamarazziautourdumonde

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now